La Maladie de Morton

Principal sujet des Entretiens de Bichat 2011, la maladie de Morton est une affection très fréquente de l’avant pied.
Elle se caractérise par des douleurs vives à type de brûlures ou de décharges électriques et touche préférentiellement les femmes jeunes et actives.
D’origine purement mécanique, elle est provoquée par une compression d’un nerf plantaire.
En fonction de son degré d’évolution le traitement sera orthétique (semelles), médical ou chirurgical.

I. Définition et processus d’apparition

Sous la plante du pied, passent les 4 nerfs interosseux plantaires.
Le névrome de Morton se développe généralement sur le 3eme nerf interosseux plantaire en arrière des 3ème et 4ème orteils.

Lors de la marche, lorsque l’avant pied appui fortement sur le sol, le nerf remonte et vient se loger dans un canal formé par les métatarsiens. Si celui-ci est trop étroit (à cause d’une chaussure trop fine par exemple) le nerf est irrité et devient douloureux : c’est le SYNDROME DE MORTON. A ce stade le processus est réversible s’il est pris en charge rapidement (semelles et chaussures adaptées).
En l’absence de traitement, il va y avoir la formation d’un d’enkystement vasculo-nerveux sur le nerf. Cette tumeur bénigne forme le NEVROME DE MORTON.
Dans ce cas, il est plus fréquent d’orienter le patient vers un traitement médical ou chirurgical.

II. L’examen du patient

a/ Définir la douleur
Les souffrances de l’avant pied sont fréquentes et d’origines très diverses, c’est pourquoi il est important de bien analyser la gène ressentie par le patient afin de déterminer si elle est évocatrice d’un Morton.

On recherchera une douleur :

  • D’origine mécanique et de type névralgique (décharge électrique, brûlures).
  • Le plus souvent fulgurante, parfois irradiante au niveau des orteils adjacents.
  • Pouvant provoquer une perte de sensibilité au niveau des faces latérales des orteils.
  • Pouvant être ressentie à n’importe quel moment de la journée mais au bout d’un périmètre de marche toujours identique (500M, 1KM).
  • Augmentée par le port de chaussures étroites.
  • Souvent intense, obligeant le patient à adopter une position antalgique voir à l’arrêt de la marche.
  • Atténuée par le déchaussage (souvent douloureux) et le massage de l’avant pied.

b/ Recherche des facteurs favorisants

  • Chaussure mal adaptée (étroite et talon haut),
  • Avant pied large, plat ou rond,
  • Hallux valgus,
  • Séquelle de fracture au niveau d’une tête métatarsienne.

c/ Mise en évidence clinique
Hypoesthésie : recherche d’une perte de sensibilité sur les faces latérales des orteils.
Signe de la sonnette : en décharge, en pressant avec le pouce le fond du 3ème espace interdigital on doit réveiller la douleur reconnue par le patient.
Anesthésie locale : une anesthésie locale fait disparaître la douleur pendant plusieurs heures et permet de faire le diagnostic différentiel avec d’autres pathologies de l’avant pied telles que les bursites inflammatoires par exemples.

III. L’imagerie médicale

L’identification du névrome de Morton se fait préférentiellement par I.R.M car elle permet de mieux mettre en évidence les petits névromes et de faire avec une grande fiabilité le diagnostic différentiel avec d’autres pathologies de l’avant pied (fracture de fatigue, bursite …).

IV. Evolution
  • Adoption d’une position antalgique* qui entraîne une griffe du 3eme orteil.
  • Pas d’amélioration spontanée avec le temps, la douleur a tendance à devenir permanente.
V. Traitements

Prochainement

Sources / entretiens de Bichat 2011 : DR Cazeau, DR Piat, DR Petrover
Antalgique* qui évite la douleur



Mis à jour le 30/10/2017